All Posts By

Guillaume Anjou

Mozambique : des nouvelles des sinistrés du cyclone Idai

| Humanitaire | No Comments

Dans la nuit du 14 au 15 mars, le Mozambique a été frappé de plein fouet par le cyclone Idai. Pendant des heures, les vents violents et les pluies diluviennes se sont abattus pour ne laisser qu’une terre dévastée. Made in Compassion s’était mobilisée aux côtés de l’Alliance Biblique du Mozambique et de Iris Global afin d’aider et réconforter les victimes.

Nous avions pu prendre contact avec Vasco Duarte, traducteur – interprète auprès de l’organisation France-Iris, branche française du ministère international Iris Global. Heidi Baker, présidente de Iris Global, s’était rendue rapidement sur place avec ses équipes.

« Nous avons envoyé une équipe d’Iris Relief avant le cyclone. […] Ils sont sur place, en partenariat avec des organisations nationales et internationales. Ils sont les mains, les pieds et les coeurs du monde en ce moment dans cette crise. […] Nous travaillons ensemble comme un front uni pour agir tout de suite au coeur de cette souffrance humaine insensée. […] Nous vous remercions tellement d’avoir ce coeur et de ne pas avoir oublié les Mozambicains. »

Une partie des dons a ainsi pu être envoyée sur place pour participer à la distribution des kits de survie alimentaire.

Valente Tseco, directeur exécutif de l’Alliance Biblique du Mozambique, s’est rendu dans différentes églises de Beira. Il a pu y distribuer des centaines de Bibles.

« Leur espoir est renouvelé. La joie est visible sur les visages de tous ceux qui ont pu recevoir une Bible. Merci à tous les donateurs qui ont rendu cela possible. Soyez bénis. »

Sur place, Valente a rencontré le président du Conseil chrétien de Sofala.

« Après le cyclone, tout le monde se sentait triste à cause de ce qui s’était passé. Parce que beaucoup de monde, des chrétiens de nos communautés, avaient tout perdu. Et maintenant, nous venons de recevoir ces Bibles. J’aimerai dire à nos partenaires que c’est un plaisir d’avoir ces Bibles qui vont nous aider à évangéliser, prier, prêcher. C’est un plaisir pour nous d’être vos partenaires. »

Rodrigues Fernando est un chrétien de Beira. Valente a pu lui remettre une des Bibles offertes par Made in Compassion.

« Ma Bible a été endommagée par les inondations.

J’ai pu en acheter une nouvelle, mais quand je suis allé rendre visite à un ami qui avait également souffert du cyclone, il m’a demandé cette Bible.

Je n’ai pas résisté, je lui ai donné la Bible.

Mais quel miracle ! Je suis à nouveau équipé pour faire le travail de Dieu. Je remercie les donateurs et l’Alliance Biblique, car vous êtes venu me voir au bon moment.

Gloire à notre Dieu aimant et bienveillant ! »

Rosa Adriano a elle aussi reçu une Bible.

« Je remercie Dieu, les donateurs et l’Alliance biblique du Mozambique pour ce saint don. Pendant le cyclone, je me suis demandé comment survivre sans Bible.

Mais je sais maintenant pourquoi Dieu m’a protégé de ce vent et de cette pluie dangereuse. C’était pour répandre sa parole.

Ma Bible a été détruite avec mes autres biens pendant le cyclone. J’étais comme un soldat sans arme.

Mais Dieu a répondu à ma prière. Il vous a utilisé pour devenir une bénédiction pour moi. Maintenant, je suis équipée. Cette Bible est à moi, c’est mon arme pour lutter contre le mal. Je suis de retour pour répandre l’Evangile. »

Si vous souhaitez vous aussi soutenir ceux qui subissent des urgences humanitaires, vous pouvez vous rendre sur la page de don de Made In Compassion.

Des chaises à Lahore, pour l’église du pasteur Naeem Nasir

| Chrétiens persécutés | No Comments

Le Pakistan est la première République islamique reconnue internationalement. En tant que minorité religieuse, les chrétiens sont harcelés et discriminés dans tous les aspects de leur vie. Made in Compassion soutient nos frères et soeurs du Pakistan grâce au Fonds pour les Chrétiens Persécutés.

Naeem Nasir est le pasteur d’une église à Lahore. Après avoir obtenu son doctorat en théologie aux États-Unis, il est retourné au Pakistan pour servir le Seigneur au travers du ministère Good Samaritan Ministries.

En 2018, il avait fait appel à Made in Compassion. Nos frères et soeurs pakistanais avaient besoin d’aide pour terminer la construction de l’une de leurs églises.

Grâce au Fonds pour les Chrétiens Persécutés, Made in Compassion avait pu rapidement envoyer l’argent nécessaire. Sur place, les équipes avaient acheté les matériaux. Les travaux avaient démarré les jours suivants.

C’est avec joie, que nous vous annoncions en novembre la fin de la pose du toit de l’église de Naeem.

Cette église est une réelle bénédiction pour les chrétiens du Pakistan qui subissent un quotidien très difficile.

En avril, Naeem nous a contacté pour nous faire part d’un nouveau besoin urgent.

« Nous avons besoin de 50 chaises pour notre église au Pakistan. Une chaise coûte 20 $ et nous avons besoin de 50 chaises. Nous accueillons de plus en plus de personnes, notre église s’agrandit. »

Les fidèles, y compris des personnes âgées, ou malades, doivent s’asseoir par terre.

Marginalisés socialement, la plupart des chrétiens de cette église sont réduits à des tâches subalternes. L’église ne pouvait pas subvenir à ce besoin.

Grâce au Fonds pour les Chrétiens Persécutés, le jour-même Naeem a pu se rendre avec son équipe dans un magasin de Lahore pour acheter les chaises de l’église.

Si vous souhaitez vous aussi soutenir les chrétiens persécutés, vous pouvez vous rendre sur la page de don de Made In Compassion.

Interview de Valente Tseco, directeur exécutif de l’Alliance Biblique du Mozambique

| Humanitaire | No Comments

Valente Tseco, est le directeur exécutif de l’Alliance Biblique du Mozambique. Il s’est rendu dans les zones dévastées du centre du pays. De retour à Maputo, il a répondu aux questions de Made in Compassion.

Valente Tseco, vous vous êtes rendus dans les régions du centre du Mozambique à la rencontre des sinistrés du cyclone Idai. Pouvez-vous nous dire ce qui vous a frappé le plus à votre arrivée sur place ?

La dévastation ! Alors que nous roulions depuis Chimoio, la capitale de la province de Manica, on pouvait voir l’ampleur du cyclone et des inondations. À Chimoio, les effets de la tempête étaient visibles avec tant d’arbres et de maisons détruites. Chimoio est à environ 200 kilomètres de Beira, la capitale. En route depuis Chimoio, nous sommes passés par Gondola, puis Inchope où la route nationale traverse les deux provinces de Manica et Sofala. Là, nous avons vu des petits villages totalement détruits. Nous avons visité d’autres lieux, comme Tica, Mafambisse, Dondo et Beira,  tous dans la province de Sofala. C’est incroyable, les villages ont juste disparu, et les maisons, les arbres et les fermes avec leurs cultures étaient réduites à néant.

Pouvez-vous décrire les conditions de vie des victimes ?

Les conditions de vie sont critiques. Les gens manquent de tout parce qu’ils n’ont pu garder aucun de leurs biens. Pas de chaise, pas de lit, pas de table, pas de couverture, pas de pain, pas de nourriture, pas de vêtement, rien, rien, rien n’a échappé à la tempête et aux inondations.

La vie est réduite à une petite tente comme vous pouvez le voir sur les photos. Toutes les familles ont reçu une tente où le père, la mère et les enfants dorment ensemble. Les conditions sanitaires sont très pauvres. Alors les gens sont en proie aux maladies, comme le choléra, qui est une réalité en ce moment.

Les gens survivent grâce aux dons des ONGs et des associations humanitaires.

Peut-être y a-t-il une histoire, une famille, quelqu’un qui vous a touché plus particulièrement. Pouvez-vous partager leurs témoignages ?

On nous a raconté l’histoire d’une famille qui a survécu en grimpant dans un arbre, après avoir perdu sa maison. Ils sont restés dans l’arbre pendant 3 jours, attendant que le niveau des eaux baisse.

Dans une telle situation, ils n’ont pu ni dormir, ni manger quoi que ce soit, parce qu’ils n’avaient pu sauver aucun de leurs biens.

Notre collègue à Beira, le pasteur Augusto Chimundo, a vu sa maison inondée. La plupart de ses affaires sont parties avec les eaux. Il a dû assembler des tables pour dormir, puis le niveau de l’eau a baissé.

Notre collègue, responsable du dépôt de Beira, nous a confessé qu’à cause de la violence de la tempête et des eaux, il était convaincu que c’était la fin du monde, et que lui-même allait mourir; À tel point qu’il a fait cette prière, « Père, c’est fini, prends mon âme… ». À la fin du cyclone Idai, il a dit, « Un Domingo est mort le 14 mars 2019, un autre Domingo est né le 14 mars 2019. Si Dieu m’a sauvé, c’est pour un objectif, alors dès maintenant, je veux vivre pour Dieu, pour accomplir son plan. »

Qu’en est-il des épidémies annoncées ?

Le choléra et la malaria sont les principales épidémies, à cause des pauvres conditions sanitaires dans lesquelles les gens vivent. Les rapports officiels parlent de 200 personnes décédées du choléra. Le gouvernement mène une campagne de vaccination et distribue des moustiquaires à tous les sinistrés pour empêcher ces épidémies.

Quelles sont les priorités des organisations humanitaires sur place ?

Les priorités des organisations humanitaires sur place sont l’alimentation, la santé, les vêtements et les hébergements temporaires.

Pouvez-vous nous parler du rôle de l’Alliance Biblique dans ces temps de crise humanitaire ?

Il y a des organisations qui aident les gens avec de la nourriture, des médicaments, etc. Notre rôle est d’apporter une réponse spirituelle, à travers les Écritures, pour faire comprendre aux gens que malgré toute cette adversité, Dieu les aime. Notre rôle est de leur faire comprendre que l’existence de la tempête ne signifie pas l’absence de Dieu. Alors ils ont besoin de la Parole de Dieu pour intéragir avec le Père qui les aime et prend soin d’eux. L’Alliance Biblique est la principale agence biblique dont la mission est de rendre la Parole de Dieu disponible pour tous. Pour pouvoir le faire, nous avons besoin de l’aide des autres pays et organisations parce que 1,4 million de personnes sont touchées au centre du Mozambique. En parallèle, nous voulons mettre en place un programme holistique, pour répondre aux besoins physiques des personnes qui souffrent.

Avez-vous un message à faire passer aux donateurs de Made in Compassion ?

Dans la vie, l’objectif primordial est d’être une bénédiction pour les autres. C’est de se placer dans les situations des autres, dans leurs conditions, et de faire la différence. Nous vivons dans un village global où nous devons prendre soin les uns des autres. Ta paix à la maison sera complète si ton voisin est en paix. Ta joie sera complète si ton voisin est heureux. On nous enseigne une règle d’or qui dit, « fais aux autres ce que tu voudrais qu’ils fassent pour toi ». Dans la situation actuelle du centre du Mozambique, nous devons voir la souffrance des gens, et essayer de les aider. Si nous regardons simplement ces gens souffrir, sans rien faire, alors cela signifie que nous nous détestons, nous ne nous aimons pas, nous ne prenons pas soin de nous-mêmes. Au nom de mes camarades mozambicains affectés par le cyclone Idai, je vous demande du soutien et de l’aide, pour alléger leur souffrance. Que Dieu touche vos coeurs, pour que vous deveniez une bénédiction pour eux à travers vos dons.

Avec l’Alliance Biblique du Mozambique, aidons et réconfortons les sinistrés du cyclone Idai

| Humanitaire | No Comments

Aux côtés de l’Alliance Biblique du Mozambique, nous pouvons apporter aide matérielle et réconfort spirituel aux sinistrés du cyclone Idai.

Dans la nuit du 14 au 15 mars, le Mozambique a été frappé par les vents violents et les pluies diluviennes du cyclone Idai.

Présente sur place depuis plus de 40 ans, l’Alliance Biblique travaille au plus près des populations locales. Fort d’un engagement reconnu, ses équipes fournissent une aide alimentaire, sanitaire, éducative et spirituelle aux plus démunis.

Ensemble, nous pouvons les aider à atteindre les habitants de Sofala, Manica et Zambezia, durement touchés par Idai, afin de répondre en urgence à leurs besoins fondamentaux.

« Merci pour votre aide, qui ouvre une fenêtre d’espoir pour le peuple traumatisé qui souffre au centre du Mozambique. » -Valente Tseco, secrétaire exécutif de l’Alliance Biblique du Mozambique

Au Mozambique, les populations tirent l’essentiel de leurs revenus de l’agriculture. Malheureusement leurs terres sont inondées, et leurs récoltes dévastées. Grâce à notre partenariat avec l’Alliance Biblique et à votre soutien, nous pourrons leur fournir des kits de survie alimentaire.

Les sinistrés sont exposés à la malaria, au choléra ou encore au paludisme à cause des eaux stagnantes et des difficultés d’approvisionnement en eau potable. La distribution de kits d’hygiène, composés de savon, de moustiquaires et de chlore pour assainir l’eau, les aidera à surmonter ces nouvelles menaces.

Des milliers d’enfants ont perdu tout leur matériel scolaire et ne peuvent plus se rendre à l’école. Offrons-leur de nouvelles fournitures scolaires et une chance de reprendre au plus vite le chemin de l’école.

La ville de Beira a été détruite à 90%. Le toit du dépôt de l’Alliance Biblique s’est envolé. Toutes les Bibles ont été endommagées par les inondations.

Vos dons permettront de participer à la reconstitution de ce stock. L’Alliance Biblique pourra ainsi réconforter les familles qui ont tout perdu en leur offrant une nouvelle Bible.

L’Alliance Biblique apporte également son conseil et son assistance aux églises locales, pour les aider dans la prise en charge spirituelle et psychologique des personnes traumatisées.

« Nous vous remercions par avance de votre désir d’être nos partenaires pour répondre aux besoins des sinistrés du cyclone Idai. » -Valente Tseco, secrétaire exécutif de l’Alliance Biblique du Mozambique

Made In Compassion en Haïti : Des nouvelles de la distribution des kits alimentaires aux victimes d’Irma

| Humanitaire | No Comments

Lors du passage de l’ouragan Irma dans l’Atlantique Nord, au début du mois de septembre, Made In Compassion avait ouvert un fonds afin de venir en aide aux sinistrés, s’engageant à affecter les dons en priorité aux zones les plus défavorisées, et aux besoins humanitaires et sanitaires les plus urgents. Les nouvelles des interventions sur place commencent à arriver. Voici les images concernant l’intervention en Haïti.

Parmi les bénéficiaires, certains chrétiens d’Haïti ont pu recevoir une aide alimentaire d’urgence. En effet, les 6 et 7 septembre 2017, l’Ouragan a sévèrement frappé certaines régions de ce fragile pays. Si l’ouragan avait perdu de son intensité au moment d’arriver sur l’île, les populations les plus précaires ont malgré tout été durement touchées. Et dans ce genre de situation, l’acheminement des denrées alimentaires ralentit et s’arrête parfois.

C’est ainsi que l’Union Evangélique Baptiste d’Haïti (UEBH) a organisé une distribution de kits alimentaires d’urgence aux victimes de l’ouragan Irma. C’est le pasteur Jacques Louis qui a coordonné les 8 volontaires qui se sont mobilisés pour acheter des denrées alimentaires à Port-de-Paix, les acheminer à La Pointe des Palmistes dans 2 véhicules, avant de les préparer et les distribuer aux familles les plus démunies de Anse-à-Foleur, Haut-Fort et les localités voisines.

120 familles ont ainsi pu recevoir 15kg de riz, 3 kg de haricots, 10 kg de spaghettis et 6 litres d’huile.

« Nous remercions sincèrement Dieu, le pourvoyeur par excellence… »
Pasteur Raoul Petit-Homme

« Je suis content et même heureux, car nous ne sommes pas des brebis sans berger. L’UEBH veille sur nous et vient nous secourir en ces temps difficiles. Nous rendons gloire à Dieu pour une telle mission qui fait un travail exceptionnel dans le pays. »
Marius Joseph

Après le passage d’Irma dans l’Atlantique, d’autres ONG ont acheminé de l’aide d’urgence et identifier les besoins de reconstructions à Saint Barthélémy, grâce au soutien de Made In Compassion. Plus de nouvelles très bientôt…

Kanto, une jeune chrétienne de 16 ans, se bat à Madagascar contre un cancer de la gorge

| Humanitaire | No Comments

Le 12 juin 2017 j’ai reçu un message d’Esther, la coordinatrice de Made In Compassion à Madagascar. Elle me disait qu’elle devait se rendre dans un village proche de Tananarive, pour visiter une jeune fille de 16 ans se prénommant Kanto et souffrant d’un cancer de la gorge. Esther connait bien Kanto. Elle a grandi dans l’église sur les bancs de l’école du dimanche. Sa foi est réelle, personnelle et solide.

Kanto en 2015 après son opération

C’est en 2015 que le cancer à la gorge de Kanto fut diagnostiqué. Elle fut opérée et commença un traitement de chimiothérapie. Mais elle dut malheureusement interrompre ce traitement faute de moyens financiers suffisants. À Madagascar les soins sont payants, et une très grande majorité de la population ne dispose d’aucune assurance.

Madagascar est le 5ème pays le plus pauvre au monde, 92% des gens vivent avec moins de 2$ par jour. Chaque séance de chimiothérapie représente plusieurs mois de salaires pour un foyer Malagasy.

J’ai compris que la visite d’Esther était une visite d’urgence. En effet, Kanto avait subitement perdu beaucoup de poids, elle éprouvait des difficultés à s’alimenter et souffrait d’une sorte d’eczéma qui couvrait tout son corps, la laissant sans repos à cause des démangeaisons.

Kanto le 12 juin 2017 lors de la visite d’Esther

Mon coeur était brisé devant l’histoire de cette jeune fille. Des milliers d’enfants et de jeunes meurent chaque année dans le monde par manque de soins et bien malheureusement on ne peut pas changer cela. On arrive à l’admettre pour des milliers d’enfants que l’on ne connait pas, mais pour un seul que l’on connait cela devient insoutenable.

Prier, cela me semblait être la seule chose à faire. Dès le lendemain matin, je demandais aux intercesseurs d’Un Jour Une Prière de prier pour la guérison de Kanto. Comme souvent avec nos chers intercesseurs d’Un Jour Une Prière, j’ai été émerveillé par leur coeur et leur mobilisation. Des dizaines de chrétiens de Madagascar, de France, de Belgique, de Suisse, de Côte d’Ivoire et de plusieurs autres pays demandèrent comment envoyer des dons pour venir en aide à Kanto.

J’ai immédiatement écrit à Esther pour lui dire que des gens avaient proposé de faire des dons afin que Kanto puisse être hospitalisée et soignée. C’était une joie extraordinaire et sans aucun doute, déjà une réponse à nos prières.

Kanto recevant des soins à l’hôpital

Le 21 juin, Kanto a pu être admise à l’hôpital pour des soins d’urgence (perfusion, transfusion sanguine, anti allergique pour son problème de peau) et des examens médicaux (analyses de sang, radio, échographie, scanner). À la surprise générale, elle a pu recommencer à s’alimenter normalement et ainsi reprendre des forces. Son problème de peau, qui s’est avéré être une grosse réaction allergique et non un eczéma, s’est aussi rapidement atténué.

Une fois tous les examens réalisés et un nouveau protocole de soins établi, Kanto a pu recevoir le 12 juillet sa première chimiothérapie. La jeune fille et ses parents étaient très inquiets car 2 ans auparavant les effets secondaires étaient terribles pour Kanto. Ce fut un nouveau sujet de prière et par la grâce de Dieu, Kanto n’a eu quasiment aucun effet secondaire suite à cette première chimiothérapie.

Lors de mon voyage à Madagascar à la mi-juillet, j’ai pu rendre visite à Kanto afin de lui témoigner notre affection et prier pour elle. Ce fut un moment très particulier et très fort. Je ne m’étais plus rendu dans un service d’oncologie pédiatrique depuis le cancer d’une de mes filles alors âgée de 1 an. Kanto partageait sa chambre avec 3 autres enfants malades du cancer, ils avaient l’air très amaigris et faibles. Je ne m’étais pas préparé à cela non plus. Dans mon approche « occidentale » de l’hôpital, je l’imaginais seule dans sa chambre. La chambre n’était guère plus grande que celle qu’occupait ma fille mais il y avait 4 enfants dedans, accompagnés des parents et des frères et soeurs. Cela faisait beaucoup de monde et d’agitation dans cette chambre, rendant certainement très difficile l’intimité et le repos.

Moment de prière pour Kanto à l’hôpital

Avec la maman de Kanto et sa grand-mère, nous avons prié ensemble pour une guérison complète. On ne se connaissait pas, mais ensemble nous avons élevé la voix vers notre Père céleste qui a fait de nous ses enfants, des frères et soeurs en Jésus-Christ.

La maman de Kanto et sa grand-mère m’ont témoigné qu’elles se sentaient portées par la prière et environnées d’une paix surnaturelle. Merci aux intercesseurs d’Un Jour Une Prière, vous êtes merveilleux et votre engagement dans la prière change tellement de choses ! Kanto était en paix, passant beaucoup de temps à lire la Bible et à prier pour que la volonté de Dieu soit faite dans sa vie.

Le 24 juillet, Kanto a eu sa deuxième chimiothérapie et a pu rentrer chez elle après plus d’un mois d’hospitalisation. Merci Seigneur, cette fois-ci encore Kanto n’a pas eu à souffrir des effets secondaires de ce nouveau traitement.

Kanto sur le départ pour sa 3ème chimiothérapie

Le 9 août, Esther est retournée chez Kanto afin de la ramener à l’hôpital pour sa troisième chimiothérapie. Les résultats des deux premières ayant été un peu inférieurs aux attentes, les médecins ont décidé de passer à un traitement plus fort afin de faire réduire les grosseurs autour de la gorge.

Esther n’a pas pu trouver les éléments de l’ordonnance pour cette chimiothérapie à Tananarive. À Madagascar, ce n’est pas l’hôpital qui fournit les traitements. Il faut tout acheter à l’extérieur, y compris les seringues pour les injections. Esther a pu racheter ce traitement à une dame qui n’avait pas tout utilisé pour les soins de son enfant. C’est un nouveau défi pour la prochaine chimiothérapie de Kanto, nous allons essayer de trouver ce traitement à La Réunion ou à Maurice.

Kanto avec Esther, coordinatrice de Made In Compassion à Madagascar

Je ne peux pas terminer ce texte sans saluer le dévouement, la sagesse et la foi de notre soeur Esther. Chaque jour d’hospitalisation de Kanto, Esther est là et elle s’occupe de tout, des draps du lit qu’il faut acheter ou changer, à l’achat des médicaments et du matériel médical en passant par la préparation des repas. Elle gère les dons que nous recevons pour les soins de Kanto et m’envoie toujours une facture pour chaque dépense. Esther prend aussi soin du reste de la famille de Kanto, priant pour eux, les encourageant et les aidant à organiser le quotidien pour traverser cette épreuve.

Le combat sera long, c’est certain. Mais ensemble, avec la grâce de Dieu, nous pouvons sauver la vie de la jeune Kanto. Elle était seule, comme abandonnée, sans soins et dans la souffrance et aujourd’hui elle est accompagnée, aidée, soutenue, entourée et soignée. Pourquoi ? Parce que nous lui avons fait une place dans nos coeurs, parce que nous avons prié pour elle, parce que nous avons apporté une contribution financière pour payer ses soins.

Cette histoire me fait penser à l’histoire du Bon Samaritain. Ce samaritain a trouvé une personne en détresse sur le bord de la route, il s’est arrêté, l’a soignée puis a conduit cette personne dans un endroit sécurisé et a payé pour ses soins. Jésus a raconté cette histoire pour illustrer la manière dont il nous appelle à aimer notre prochain.

Vous pouvez être ce Bon Samaritain pour Kanto en faisant un don pour la prise en charge de ses soins médicaux.

Un immense merci à tous ceux qui ont prié pour Kanto, à tous ceux qui ont partagé sa situation avec leurs amis ou leur église locale et à tous ceux qui ont fait un don et ont déjà permis à cette belle histoire de commencer à s’écrire. Le combat n’est pas terminé, restons mobilisés !

[Mise à jour 14/10/2017] Ce samedi 14 octobre, aux alentours de 8 heures du matin, notre chère Kanto est décédée des suites de son cancer. Lorsque ce matin vers 10h Esther m’a envoyé ce message, « Guillaume, j’ai une triste nouvelle », j’ai immédiatement pensé à notre chère Kanto. Depuis le mois de juin Kanto, âgée de 16 ans, s’est battue courageusement contre son cancer de la gorge. Les dernières nouvelles de Kanto étaient pourtant bonnes, elle reprenait des forces.

Hier, Kanto se sentait bien alors elle est allée saluer tous les habitants de son village pour leur donner elle-même de ses nouvelles. Elle a passé ensuite une bonne soirée avec sa famille et une nuit paisible. Ce matin, après son réveil, elle a fait comme à son habitude sa lecture quotidienne dans la Parole de Dieu. Elle a ensuite senti une gêne dans sa poitrine et a appelé ses parents pour leur dire que quelque chose n’était pas comme d’habitude.

Kanto a demandé à ses parents de prier pour elle, elle a prié elle aussi avec eux. Quelques instants plus tard, elle s’est éteinte.

« Quel autre ai-je au ciel que toi ! Et sur la terre je ne prends plaisir qu’en toi. Ma chair et mon coeur peuvent se consumer : Dieu sera toujours le rocher de mon coeur et mon partage. » (Ps 73:25-26)

Je tiens à remercier de la part de toute la famille de Kanto tous ceux et celles qui l’ont soutenue dans la prière. Lorsque j’ai rencontré Kanto et sa famille au mois de juillet, ils m’ont dit à quel point ils se sentaient porter dans cette épreuve. Je voudrais remercier aussi de tout mon cœur tous ceux et celles qui ont fait un don pour que Kanto puisse être soignée, et vivre ces temps difficiles dans de bonnes conditions.

Grâce à la prière, aux soins médicaux mis en œuvre, associés à l’aide que sa famille a reçue pour que Kanto puisse être chez elle dans de bonnes conditions et recevoir une bonne alimentation, Kanto est partie dans la paix, sans souffrance et dignement. Je veux rendre grâce au Seigneur pour cela.

La petite réserve d’argent que nous avions pour les soins à venir de Kanto sera donnée à ses parents pour prendre en charge les obsèques et les aider à traverser cette épreuve. Les obsèques de Kanto auront lieu lundi après-midi.

Kanto a été un modèle de courage et de persévérance mais aussi de foi, d’humilité, de paix et de sérénité.

Je suis honoré d’avoir partagé son trop court passage sur cette terre. Elle est maintenant plus vivante que jamais auprès de Jésus, sans cancer, sans souffrance et sans larmes.

Guillaume Anjou

Accident à Madagascar : Made In Compassion est allé à la rencontre des victimes

| Humanitaire | No Comments

Dans la nuit du 31 juillet au 1er août, un terrible accident de car à Madagascar a fait 34 morts et 101 blessés.

Cet autocar à étage transportait 140 jeunes et leurs accompagnants qui se rendaient à un rassemblement national de jeunesse, organisé par l’Église Réformée de Madagascar (FJKM). Plus de 10 000 jeunes étaient présents à ce rassemblement qui s’est tenu à Majunga. Ci-dessous une photo prise pour Made In Compassion lors de cet évènement.

Dans une montée, au nord de la capitale Antananarive, le chauffeur n’a pas réussi à passer une vitesse. Le véhicule a alors reculé, avant de tomber dans un ravin. Le moteur a ensuite pris feu et explosé, ce qui a propagé l’incendie à l’ensemble du véhicule. Les jeunes qui se trouvaient à l’étage sont restés captifs des flammes. 12 jeunes sont morts sur place, 22 autres jeunes et accompagnants sont décédés peu après leur arrivée à l’hôpital.

Sur les 101 personnes ayant été admises blessées à l’hôpital, 14 sont toujours hospitalisées.

Esther, coordinatrice de Made In Compassion à Madagascar, est allé à la rencontre de plusieurs de ces victimes pour leur témoigner notre amour et connaitre leur histoire.

Voici quelques-unes de ces histoires.

Mialy est une jeune fille de 20 ans qui souffre de plusieurs côtes cassées. Elle a perdu sa mère et sa petite soeur dans l’accident.

Fitia est un jeune garçon de 12 ans qui souffre d’une fracture de la main droite et d’une fracture de la mâchoire. Son père a été blessé à la colonne vertébrale lors de l’accident. Il va rentrer en 5ème au collège CEG Mananasy.

Lalaina est un jeune garçon de 13 ans qui souffre d’une fracture de la jambe gauche. Il est le frère de Fitia. Il se prépare à passer son Brevet des Collèges. Photo ci-contre.

Tsinjo est un jeune garçon de 12 ans qui est blessé aux jambes. Il a perdu son père et son petit frère dans l’accident. Toute la famille était dans le bus, seul lui et sa maman ont survécu.

Eulalie est une jeune fille de 15 ans qui souffre d’une fracture de la main et d’une blessure à la tête. Elle a perdu un membre de sa famille dans l’accident. Elle se prépare à rentrer en classe de seconde.

Ranto est un jeune garçon de 13 ans qui souffre d’un détachement du rein et d’une blessure au pied. Il a perdu sa mère et son petit frère de 6 ans dans l’accident. Il était déjà orphelin de père depuis l’âge de 8 ans. Il se prépare à rentrer en classe de 5ème.

Honorine était accompagnante, elle a 50 ans et elle souffre d’une grave blessure au thorax. Elle a perdu 1 de ses 3 fils dans l’accident. Elle était déjà veuve.

Lova était accompagnante, elle a 40 ans et elle souffre d’une sévère inflammation aux yeux et de douleurs à la colonne vertébrale. 4 membres de sa famille sont décédés dans l’accident. Elle est enceinte et le bébé semble miraculeusement en bonne santé.

Idealy est une jeune fille de 17 ans qui souffre d’une blessure à la mâchoire et à la tête. Elle est la fille de Lova et a aussi perdu 4 membres de sa famille dans l’accident.

Esther a été particulièrement touchée par le courage et la foi de toutes ces victimes : « Cette épreuve nous forge la foi en Jésus-Christ et nous pousse à nous donner à lui jusqu’à notre dernier souffle ».

Madagascar : Les « Kits hiver » de Made in Compassion ont été distribués à plus de 1000 familles de Tananarive

| Humanitaire | No Comments

Les « Kits hiver » ont été distribués à Tananarive. Pendant 10 jours, l’équipe Made In Compassion de Madagascar a travaillé sans relâche. Coordonnés par Véronique de Heart Reach Foundation, les membres des 9 ONG locales n’ont pas ménagé leurs efforts.

Vous avez été nombreux à répondre à l’appel de Made In Compassion pour venir en aide aux familles les plus pauvres de Tananarive qui affrontent en ce moment même l’hiver austral. Leurs maisons de tôles et de bois ne sont pas équipées pour faire face aux températures nocturnes, qui peuvent être de quelques degrés seulement, et la population vit sous le seuil de pauvreté. Dans ce contexte, les enfants, les familles, les personnes âgées parviennent difficilement à se protéger du froid.

Grâce à vos prières, vos partages et vos dons, Made In Compassion a pu équiper plus de 1000 familles. Matelas, couvertures, plaids, thermos… Avec tout ce matériel, les familles sont mieux préparer pour affronter le froid.

Découvrez notre vidéo de la distribution

Dans la fournaise de l’été pakistanais, les refroidisseurs d’eau et d’air offerts par Made In Compassion sont une bénédiction

| Humanitaire | No Comments

Il y a quelques semaines de cela, nous vous faisions part d’un besoin très particulier de nos frères et soeurs pakistanais.

L’été commençant au Pakistan, Naeem Nasir, pasteur pakistanais avait informé Made In Compassion de la possibilité d’améliorer les conditions de vie des familles chrétiennes les plus pauvres de ce vaste pays musulman, en les équipant d’un refroidisseur d’eau. Ce simple équipement permet en effet aux familles de conserver de l’eau de qualité à disposition durant une journée entière, limitant ainsi les déplacements aux points d’eau souvent éloignés, ainsi que et les infections liées à l’utilisation d’une eau croupie.

Grâce à l’élan de générosité des donateurs, l’objectif de 1 000 refroidisseurs d’eau avait rapidement été atteint. La campagne avait été maintenue jusqu’à son terme afin de proposer aux donateurs de pourvoir également à des refroidisseurs d’air. 200 familles ont ainsi pu être équipées d’un refroidisseur d’air.

Les équipements ont été distribués par l’équipe Made In Compassion au Pakistan, en partenariat avec Good Samaritan Ministries, dans les églises, ou directement dans les familles. Nous vous proposons de découvrir en images quelques-unes des familles de bénéficiaires. Chacune d’elles nous chargent de vous transmettre leurs remerciements.

Merci à tous les donateurs qui ont contribué à améliorer les conditions de vie d’un enfant, d’une personne âgée, d’une famille.

Cyclone Enawo / 21 maisons sont reconstruites grâce à l’aide d’IC Compassion

| Humanitaire | No Comments

Au mois de mars à Madagascar, le cyclone Enawo n’a pas épargné les plus pauvres. IC Compassion s’était mobilisé pour venir en aide aux sinistrés avec une aide d’urgence et une aide de reconstruction.

Au mois de mai, Guillaume Anjou s’est rendu auprès des habitants de la grande décharge fumante de Tananarive dans un village construit par le Père Pedro. Plusieurs maisons avaient été détruites dans ce village. 21 maisons seront reconstruites grâce à l’aide d’IC Compassion. Les familles travaillent sans relâche et les enfants auront bientôt un nouveau toit.

Un immense merci à tous ceux et celles qui ont prié pour ce projet, qui l’ont partagé ou qui ont fait un don ! Ensemble, nous pouvons faire de grandes choses !

Madagascar : La petite église de Toamasina reconstruite grâce aux dons d’IC Compassion

| Humanitaire | No Comments

Après le cyclone Enawo, l’heure est à la reconstruction. Les travaux de reconstruction ont commencé à Toamasina, dans la province de Tamatave, sous la direction du Pasteur Miari.

Grâce à la générosité des donateurs de Made In Compassion, les toits de chaumes de l’église IMPACT, International Mission Prophetic And Apostolic Church, ont été reconstruits à la fin du mois de mars. C’est le pasteur Miarinka Randrianarisoni qui a coordonné les opérations. Taomasina est une grande ville de l’Est de Madagascar, située à 350 km de la capitale, Antananarivo. D’autres travaux de reconstruction sont prévus à Taomasina. Les maisons sur pilotis de plusieurs familles seront également bientôt reconstruites.

Les ONG locales continuent d’accompagner les sinistrés de Madagascar suite au passage du dévastateur cyclone. D’autres travaux de reconstruction sont en cours dans plusieurs régions de la Grande Île, et feront l’objet d’articles sur Info Chrétienne.

L’école des « enfants de la décharge » est reconstruite et 400 familles ont reçu une aide alimentaire

| Humanitaire | No Comments

À Madagascar, les ONG continuent d’apporter de l’aide aux sinistrés du cyclone Enawo.

Le Docteur Rado nous apporte de bonnes nouvelles de la décharge et des familles qui y vivent. L’école a été reconstruite. Grâce aux donateurs de Made In Compassion, soixante « enfants de la décharge » prendront bientôt place sur les bancs de cette petite école. Et cette reconstruction a une portée hautement symbolique, car apprendre à lire, écrire et compter signifie plus qu’ailleurs l’espoir d’un avenir meilleur. Éduquer ces enfants et leur apporter les savoirs de base peut changer leurs vies, et peut-être même celles de leurs familles.

À l’occasion des fêtes de Pâques, les équipes du Dr Rado ont également organisé une distribution pour 400 familles de la décharge. Chacune de ces familles a reçu des denrées alimentaires et 5 euros pour préparer les fêtes de Pâques. La distribution a été un moment de joie.

« Nous tous ici à Madagascar vous remercions infiniment. »

Madagascar : Grâce à vos dons, les enfants de la décharge auront bientôt une nouvelle école

| Humanitaire | No Comments

À Madagascar, le docteur Fanaperantsoa Rado Andrianjafy apporte son secours aux “enfants de la décharge”.

Les “enfants de la décharge” vivent avec leur famille dans une pauvreté absolue. Les 200 familles qui habitent au coeur de la décharge y cherchent de quoi se nourrir et font un peu de recyclage. Chaque famille compte de 4 à 9 enfants qui déambulent au milieu des déchets de la ville et des industries alentours. Les habitants de la décharge n’avaient presque rien et ils ont pourtant tout perdu lors du passage du cyclone Enawo. Dans ce contexte dramatique, Dr Rado est comme toujours  à leurs côtés.

Aide médicale, construction, éducation, aide alimentaire, distribution de lait pour les nourrissons… Il y a tant à faire !

“On essaie de faire au mieux pour aider, comme la bible dit en Matthieu 10:42. Merci pour tout votre aide et votre soutien à ses gens de la décharge. Soyez bénis.”
Dr Rado

Les dons envoyés par Made In Compassion ont permis de commencer la construction d’une nouvelle école. Les fondations sont déjà terminées. Les enfants ont également reçu de nouvelles fournitures scolaires. Des produits de première nécessité leur seront distribués à l’occasion de Pâques, ainsi que des denrées pour passer un temps festif le week-end de Pâques.

Cyclone Enawo : L’aide d’urgence est arrivé à Antohomadinika

| Humanitaire | No Comments

Au moment de la levée de fonds en faveur des victimes du cyclone Enawo à Madagascar,  Made In Compassion s’était engagé à vous donner des nouvelles de l’utilisation de ces dons.

Les dons sont parvenus à 6 ONG, qui utiliseront les fonds pour l’aide d’urgence et la reconstruction. La semaine dernière nous vous avions relayé une des distributions des produits de première nécessité par les équipes de Père Pedro, à Tananarive. Aujourd’hui, ce sont les habitants d’un autre quartier de la capitale que nous vous invitons à découvrir. À Antohomadinika, les inondations liées au cyclone Enawo ont tout dévasté, et beaucoup ont perdu le peu qu’ils possédaient. Les maisons en bois ont été inondées, les ruelles ne sont plus que des chemins boueux, l’approvisionnement en eau est limitée, les conditions d’hygiène sont des plus précaires. Les habitants manquent de tout.

Désormais, les habitants évacuent l’eau, nettoient les rues, les objets, le linge et les maisons quand elles sont encore debouts. Il n’y a qu’1 seul point d’eau pour 400 personnes, et 1 seul wc public pour tout le quartier.

L’aide d’urgence de Made In Compassion Compassion est arrivée dans ce quartier au travers des équipes d’Esther. 200 personnes ont reçu de l’aide. Chacun a reçu du riz, une couverture, une petite somme d’argent et du savon.

La reconstruction a également commencé, car il faut agir vite pour redonner rapidement un toit et de l’espoir à ces familles fragilisées par la pauvreté.

Après le cyclone, vos dons bénissent les plus démunis à Madagascar

| Humanitaire | No Comments

Suite au cyclone Enawo, Made In Compassion a lancé une campagne de dons en faveur des populations frappées par la violence des vents, les inondations et la dévastation.

Made In Compassion travaille en partenariat avec 6 ONG chrétiennes oeuvrant à Madagascar depuis de nombreuses années. Les humanitaires présents sur le terrain connaissent mieux que quiconque les besoins. Ils sont en mesure d’agir au mieux et rapidement auprès des familles fragilisées. C’est ainsi que l’aide d’urgence est parvenue à Tananarive, grâce au Père Pedro et aux volontaires travaillant avec Esther.

Nous vous donnons aujourd’hui des nouvelles de l’ONG Mercy Ministries qui a pu atteindre les villes du nord-est, parmi les plus touchées par les forts vents. Les routes étant impraticables, c’est la MAF, Mission Aviation fellowship, qui a acheminé les “packs secours d’urgence”aux habitants de Maroantsetra et Antalaha.

Découvrez le courrier de Francis Adja de l’équipe de Mercy Ministries Madagascar :

Le cyclone Enawo qui a frappé Madagascar début mars est déjà un souvenir lointain pour certains, mais pour les malgaches habitant le nord-est du pays, la région la plus touchée par la violence des vents, c’est la dure réalité quotidienne du manque d’eau potable, de nourriture et d’abris suite à la destruction de nombreuses maisons. Enawo est cité comme le cyclone le plus ravageur de ces 10 dernières années avec un triste palmarès de 80 décès et plus de 150 000 personnes déplacées.

  • Secours d’urgence

Grâce à la mobilisation de l’aide urgente et rapide envoyée par Made In Compassion, l’ONG Mercy Ministries qui travaille depuis plusieurs années dans la région a pu secourir à une soixantaine de familles sinistrées en ville et dans quelques villages alentour, dans les localités de Maroantsetra et Antalaha. Malgré les routes détruites à 80% et un enclavement extrême de la région, les équipes de Mercy Ministries ont pu rejoindre les populations grâce à l’aide la M.A.F (Mission Aviation Fellowship).

Grâce à vos dons, chaque famille secourue à reçu un ‘’pack secours d’urgence’’ comprenant :

–    1 sac de riz,

–    1 panier de légumes

–    de l’huile, des pâtes alimentaires, du savon et des piles

–    5 kg de super-farine (farine de bouillie, riche en protéine)

–    1 filtre à eau ou des pastilles pour purifier l’eau

–    2 couvertures

–    des médicaments

–    2 moustiquaires

–    2 nouveaux testaments

 

  • Reconstruction

Après la phase d’aide d’urgence, nous entamons celle de la reconstruction et d’appui au relèvement des sinistrés. Il s’agira d’appuyer les actions de reconstruction de 3 églises et écoles primaires dans les localités citées plus haut. Par exemple dans le village de Fampanambo (17 km de Maroantsetra), la seule école primaire a été inondée et la toiture emportée par les vents. Environ cent élèves ne peuvent plus retourner à l’école, forcés de rester à la maison. Pendant que les villageois s’activent à évacuer l’eau et nettoyer comme ils peuvent, nous allons leur fournir des tôles et du matériel de construction nécessaires pour remettre les salles de classe en état.

Nous vous tiendrons au courant de l’avancement du travail sur place.

Ensemble au service du Seigneur,
Francis ADJA
Mercy Ministries

Après Enawo, l’aide d’urgence commence à arriver à Madagascar

| Humanitaire | No Comments

Nous vous l’annoncions le 15 mars, Made In Compassion a commencé à transmettre vos dons aux ONG, et les premières nouvelles nous arrivent par mail.

Père Pedro, impliqué depuis 27 ans dans le soutien des plus démunis à Madagascar par le biais de son association Akamasoa, vient de nous transmettre des nouvelles de la capitale, Antananarivo, qui a été touchée par d’importantes inondations. Certains ont tout perdu. L’aide d’urgence consiste pour l’instant à fournir des objets et denrées de première nécessité.

« Avec votre aide nous avons acheté des ustensiles de premières nécessité comme les marmites, les seaux, cuvette de plastique, assiettes, cuillères, gobelet, boite à sucre, couvertures, sucre. »

Une distribution a eu lieu au cours de laquelle Père Pedro a encouragé à la solidarité :
« Je leur ai dit aussi : ‘Voilà que des personnes très généreuses nous ont aidés alors que nous sommes en difficulté, sans nous connaitre, ayons entre nous aussi cette solidarité et cette compassion entre nous’, et tout le monde présent a applaudi fortement ! »

Plusieurs autres aides d’urgence sont en cours, à Tananarive, ainsi qu’à Antalaha, la zone la plus touchée par les forts vents (200 à 300 km/h). Dans cette ville du nord-est, les équipes ont du acheminer l’aide par bateau et hélicoptère, la zone demeurant inaccessible par la route.

Après cette première phase, Made In Compassion, contribuera à la reconstruction de maisons et d’infrastructures dans l’un des villages Akamasoa du Père Pedro, ainsi qu’à Tamatave et à Antalaha, en partenariat avec d’autres organisations. 5 ONG ont d’ores et déjà reçu vos dons, et en garantissent la meilleure utilisation possible. Nous vous tiendrons informés de toutes les évolutions.