All Posts By

marilene

À la rencontre des « femmes-lessive » d’Ankadipataka

| Humanitaire | No Comments

À Ankadipataka, c’est en chanson que les femmes se rassemblent autour du lavoir. La plupart d’entre elles sont veuves et faire la lessive est leur unique source de revenu. Elles gagnent 1 ou 2 centimes par vêtement lavé. Esther Razanampinoana, la représentante officielle de Made In Compassion à Madagascar, est allée à la rencontre de ces « femmes-lessives ».

Grâce au fonds d’urgence humanitaire, Made In Compassion a pu financer la scolarité de 20 enfants d’Ankadipataka, et fournir à leurs mères des produits de première nécessité. Merci à tous nos généreux donateurs !

Mbolatania a été abandonnée par son mari. Elle vit avec ses 4 enfants dans une pièce sombre de 5 mètres carré, qui prend l’eau à la saison des pluies.

« L’eau coule, nous souffrons beaucoup parce qu’il n’y a pas de toit. Tout est mouillé. On se réveille même la nuit quand il pleut très fort. »

Elle survit grâce à son travail de femme-lessive. Mais depuis qu’elle a été malade, elle n’a sa place au lavoir qu’une fois par semaine, le samedi.

« Mon travail, c’est de faire la lessive. Je gagne 2 €. Et j’attends la semaine suivante. Mais j’ai 4 enfants à nourrir. Merci beaucoup, parce que dans ces conditions-là, c’était impossible d’assurer la scolarité de mes enfants. Mes 2 enfants vont à l’école pour la première fois. Merci beaucoup parce que c’est un poids qui m’est enlevé. »

C’est avec son petit dernier emmailloté dans son dos que Jeanne fait la lessive au lavoir.

« Je m’appelle Jeanne. Je suis veuve. J’ai 7 enfants. C’est très difficile pour moi d’assurer seule l’éducation et la vie de ces enfants. Merci beaucoup à vous d’avoir répondu à mon souhait. Maintenant, ils peuvent aller à l’école grâce à vous. »

Parmi ces 7 enfants, il y a Élie, qui est trisomique. À Madagascar, la scolarisation des enfants est un défi, mais la prise en charge du handicap est d’autant plus complexe. Souvent, les enfants handicapés sont mis de côté, mais Jeanne a pu inscrire Élie dans une école adaptée à ses besoins.

« Je vous remercie particulièrement pour Élie, qui est trisomique. Grâce à Made In Compassion, j’ai pu inscrire Élie dans une école spécialisée. »

Soaja est veuve elle aussi. Ses enfants sont adultes, mais ils n’ont pas de travail. Elle prend soin de son petit-fils car son père n’est pas en mesure de le faire. Elle sait que la scolarisation est la clé pour que son petit-fils ait un avenir.

« J’aimerais que mon petit-fils réussisse dans la vie. C’est pour ça que je m’efforce de l’intégrer à l’école. Votre aide m’a redonné le moral. Mes enfants n’ont pas de travail, moi je suis veuve, mais grâce à vous, je suis rassurée. Merci, merci, merci. »

Comme elle, une autre mère remercie les donateurs de Made In Compassion :

« Grâce à vous mes enfants ont eu les fournitures scolaires et les droits qu’il fallait payer à l’entrée à l’école. Merci beaucoup parce que vous êtes loins mais vous n’avez pas oublié les enfants malagasys. »

Marie-Julienne est mère de 4 enfants. C’est à regret qu’elle a déscolarisé ses 2 aînés. Mais grâce au soutien de Made In Compassion, elle a pu réinscrire ses 2 plus jeunes filles à l’école.

« Je suis veuve et j’ai 4 enfants, 2 garçons et 2 filles. Mes 2 aînés, les garçons, ont déjà quitté l’école, faute de moyen. Mais je m’efforce d’intégrer mes 2 filles à l’école. Je suis très contente parce que grâce à l’aide de Made In Compassion, je peux assurer leur scolarité. Je suis très touchée de votre geste, parce que même si nous sommes loin de vous, nous sommes tout près de vos coeurs.” 

Grâce au fonds d’urgence humanitaire, nous pouvons répondre rapidement aux besoins des plus démunis.  Vous pouvez participer à ce fonds depuis la page de don de Made In Compassion. Ensemble nous pouvons ouvrir un chemin pour répondre aux inégalités du monde.

C’est la rentrée pour les écoliers d’Akamasoa à Madagascar !

| Humanitaire | No Comments

Comme chaque année depuis bientôt 30 ans, la rentrée scolaire a bien eu lieu en novembre dans les écoles d’Akamasoa. Esther Razanampinoana est la représentante officielle de Made In Compassion à Madagascar. Elle s’est rendue sur place pour prendre des nouvelles auprès de Père Pedro.

Made In Compassion finance les repas de plus de 500 enfants à Akamasoa, merci pour cela à tous nos généreux donateurs. Notre objectif est de soutenir 2000 enfants, ensemble nous pouvons y arriver !

“Nous avons pris une vitesse de croisière avec les enfants. Et la joie est revenue dans nos écoles, dans nos cours, dans nos rues, dans nos villages. Tout le monde est heureux. Les parents sont heureux parce que les enfants sont à l’école. […] Grâce à Dieu, tout s’est bien passé.”

Plus de 14 000 enfants sont scolarisés dans les 22 établissements scolaires d’Akamasao, de la crèche aux écoles supérieures. Comme chaque année, près de 500 élèves supplémentaires ont été inscrits. C’est avec joie que Père Pedro raconte à Esther la création de 2 nouveaux bâtiments.

“Nous, chaque année, on fait une nouvelle école de 10 salles de classe. Chaque année. Et cette année, on a fait presque 2 grandes écoles, de chacune 10 salles de classe. […] Chaque année, les écoles grandissent en nombre d’élèves, en nombre d’enseignants, en nombre de bâtiments […] et en résultat aussi grâce à Dieu.”

Cette année, l’épidémie de rougeole fait rage à Madagascar. Plus de 100 000 cas ont été déclarés depuis août dernier. Manitra Rakotoarivony, médecin affilié au Ministère de la Santé s’inquiète des risques de contagion.

“Parmi les maladies épidémiques, c’est la rougeole qui est la plus contagieuse parce qu’une personne malade peut transmettre la maladie à 15 ou 20 personnes de son entourage.”

Dans les villages Akamasoa, Père Pedro déplore le décès de 8 jeunes enfants :

“8 jeunes enfants sont morts ces derniers mois. De la rougeole ! On ne devrait plus en mourir !”

La question de l’eau potable reste également problématique. À Madagascar, des mois de sécheresse se sont succédés et placent les populations dans une situation périlleuse, comme le rappelle Déborah Nguyen, Porte-parole du Programme Alimentaire Mondial à Madagascar :

“C’est tout l’avenir du pays qui est mis à mal puisque si les enfants qui souffrent de malnutrition ne sont pas traités immédiatement, ça veut dire que pour l’avenir, ça va être très difficile puisque ça a un impact sur leurs capacités physiques et intellectuelles.”

Au sein de cette crise humanitaire, avant d’enseigner les enfants, il faut les nourrir. Made In Compassion s’engage aux côtés de Père Pedro parce qu’offrir un repas, c’est aussi offrir une chance d’aller à l’école, de recevoir une éducation et de se construire un avenir en dehors de la décharge.

“Made In Compassion nous aide pour donner à manger à ces milliers d’enfants. Et bien, nous ne pouvons que dire merci. Parce qu’un enfant qui ne mange pas ne peut pas étudier, ne peut pas se concentrer sur ses études.”

Nous croyons que le partage et la générosité ouvrent un chemin pour répondre aux inégalités du monde. Père Pedro partage ces valeurs :

“Le partage, la générosité, la bonté vont sauver notre monde. […] Je dis à tous ceux qui savent partager, et bien, merci au nom de tous ces enfants-là.”

Avec 15 euros par mois, un enfant mange à la cantine pendant 1 mois.  Vous pouvez participer à changer la vie de ces enfants depuis la page de don de Made In Compassion. Ensemble nous pouvons réussir à soutenir 2000 enfants à Akamasoa. 

Plus de 40 000 Bibles seront bientôt envoyées au Pakistan

| Humanitaire | No Comments

Alors que le Pakistan est l’un des pays au monde où les chrétiens sont le plus persécutés, le gouvernement leur accorde une liberté unique en république islamique : le droit d’évangéliser librement. Made In Compassion a voulu saisir cette opportunité pour bénir nos frères et soeurs persécutés et a lancé le projet « 50 000 Bibles pour le Pakistan ». En quelques semaines, plus de 5000 donateurs ont financé l’impression de plus de 40 000 Bibles auprès de l’Alliance Biblique Pakistanaise. Sur place, nos partenaires se réjouissent d’un tel succès et s’organisent pour distribuer ces dizaines de milliers de Bibles.

Dans la région de Lahore, un pasteur travaille auprès des enfants esclaves dans les usines de briques. Vendus par leurs parents qui étaient dans l’obligation de régler leurs dettes, ils travaillent de longues heures durant, sous une chaleur intenable, dans ces brick kiln. Ce pasteur a reçu l’accord des propriétaires pour que les enfants aillent à l’école le matin, avant de retourner à l’usine l’après-midi. Filles et garçons peuvent ainsi préparer les examens du ministère et obtenir leurs diplômes. Dans cette école, chacun d’entre eux reçoit une Bible. De retour dans leur maison, ils deviennent des témoins de l’amour de Dieu. Chaque année, de nouveaux élèves s’inscrivent et attendent à leur tour de recevoir une Bible.

 

« Nous recevons des témoignages d’enfants qui partagent la Bonne Nouvelle aux membres de leur famille, lesquels par la suite donnent aussi leur vie à Dieu. » Sonia Masseau, Mission Nouvelle Vie de Longueuil.

Un autre de nos partenaires travaille auprès des tribus, au nord-ouest du Pakistan. Son grand-père était évangéliste, et lui disait souvent que la Parole de Dieu était « le plus beau cadeau que l’on puisse faire à quelqu’un ». Dans ces régions tribales, les chrétiens pakistanais vivent dans des conditions ultra-précaires, sans accès à l’eau courante, l’électricité ou les sanitaires. Notre partenaire se rend régulièrement sur place, pour bénir ces populations, atteindre ceux qui ne l’ont pas encore été, et avoir un fort impact social : création d’écoles, installation électrique, sanitaire, formation…

« Notre principal ministère est situé dans les zones reculées de Karachi et de la partie intérieure de Sindh où les gens ont à peine de quoi survivre et sont incapables d’acheter une bible. Notre principale attente est que chaque maison du Pakistan ait une Bible afin qu’ils puissent recevoir les bonnes nouvelles de notre Seigneur Jésus Christ. »

Naeem Nasir organise, quant à lui, de grandes croisades où des milliers de personnes sont réunies pour entendre parler de Jésus. Lors de sa dernière croisade, 7000 personnes étaient rassemblées, mais des milliers d’autres se tenaient à l’extérieur, parce qu’il n’y avait plus la moindre place à l’intérieur. Ces croisades sont des opportunités uniques pour distribuer massivement la Parole de Dieu, mais il manque parfois des Bibles pour pouvoir répondre à la demande.

 

Nasreen Bibi attendait de recevoir une Bible depuis si longtemps. Alors qu’elle était malade, un pasteur qui travaille avec Naeem a pu lui apporter une Bible dans sa chambre d’hôpital. Quelle bénédiction pour elle !

 

 

 

30% des Bibles éditées seront offertes à la Bible Society du Pakistan qui les fera suivre à ses partenaires sur place.

Si vous souhaitez bénir l’église persécutée, rejoignez cette extraordinaire opportunité d’évangéliser en offrant des Bibles pour nos frères et soeurs au Pakistan sur la page de don de Made In Compassion.

Un toit pour l’église des chrétiens persécutés au Pakistan

| Chrétiens persécutés | No Comments

Un chrétien meurt pour sa foi toutes les 6 minutes quelque part dans le monde. Made In Compassion a fait le choix du partage et de la générosité pour répondre à cette discrimination et a créé un Fonds pour les Chrétiens Persécutés. Des donateurs ont saisi cette opportunité pour bénir leurs frères et soeurs.

C’est grâce à ce fonds que Made In Compassion a pu répondre rapidement à la demande de Naeem Nasir, fondateur de Good Samaritan Ministries et pasteur d’une église à Lahore, où la persécution des chrétiens est quotidienne et la discrimination généralisée.

“Nous ne sommes pas en sécurité parce que notre église n’a pas de toit. Nous avons peur de la pluie car elle pourrait atteindre le sous-sol et fragiliser le bâtiment. Bénissez les chrétiens du Pakistan en construisant cette église. Ensemble, bâtissons la maison du Seigneur au Pakistan. Ensemble, bâtissons l’église pour les chrétiens persécutés.”

Made In Compassion a envoyé les fonds nécessaires pour la construction de ce toit, et les travaux ont rapidement commencé. Naeem Nasir a pu acheter tout ce qui était utile aux travaux. En quelques jours, les professionnels ont pu réaliser un toit plat et les escaliers pour y accéder. 

La vision de Naeem pour ce bâtiment prend forme peu à peu. À terme, ce bâtiment accueillera au deuxième étage une école biblique et au troisième étage les locaux d’une chaîne de télévision.

“Je suis tellement reconnaissant que vous nous ayez aidé à construire le toit de notre église avec votre équipe.” Naeem Nasir

Si vous souhaitez vous aussi soutenir les chrétiens persécutés, vous pouvez vous rendre sur la page de don de Made In Compassion.